Je rêve d’un monde parfait où Apple, Microsoft, Adobe, Corel et cie décideraient, pour le bien de l’humanité, d’uniformiser leurs normes , leurs formats de traitement de texte, de présentation et d’édition graphique.
Mais la réalité est tout autre ; d’une plateforme à l’autre, d’un os à l’autre, d’un fabricant à l’autre, les fichiers ont tous des formats différents. Mais cela n’est pas un problème en tant que tel lorsqu’on a la chance d’avoir un mac, avec la fonction aperçu qui fait office de visionneuse universelle.

3 iCloud it just works
Thank You Steve.

Enfin, visionneuse presque universelle.
Il existe plusieurs formats de fichiers pour lesquels cette fonction de l’OS à la pomme est d’une inutilité remarquable. Parmi ceux ci,  l’un de ceux que je déteste le plus, j’ai nommé le .pub. Ce machin est le comble du format propriétaire : il ne s’ouvre qu’avec ce qui a été pendant un temps l’outil de référence pour la PAO de Microsoft, Publisher (si vous ne connaissez pas, c’est tant mieux, et si vous ne souvs en souvenez pas, personne ne vous en voudra).
Bref, le genre de complications qui vous donne des envies de meurtre lorsqu’il est 2 heures du matin, et que vous avez besoin du contenu d’un fichier .pub pour apporter la touche finale à un site web.

Untitled 2
Et encore, là je suis calme…

Heureusement, il existe plusieurs outils pour remédier à cela.  Ma préférence personnelle va à  Conv2Pdf, qui permet de convertir plusieurs types de fichiers (y compris cette saleté de .pub) .

C’est par ici pour l’essayer.

Jean Luc Houédanou