J’ai eu la chance de développer au cours des années passées une tolérance proche de zéro en ce qui concerne la négativité. Ce trait de caractère m’a permis, dans plusieurs situations,  de rester positif (d’aucun diraient zen) alors tout appelait à l’énervement.
C’est une qualité dont je ne me servirais pas aujourd’hui.
En effet, mon billet du jour est le fruit d’une incontrôlable révolte intérieure, car je n’arrive plus à supporter l’entreprise d’abêtissement des internantes ivoiriens qui suit allègrement son cours depuis quelques temps.
L’instrument de cet abrutissement de masse est une catégorie de sites web particulièrement navrants et malheureusement de plus en plus populaire, misant à fond sur la carte de ce qu’il convient d’appeler la « chococité » . Par « chococité » , entendez la culture urbaine des jeunes abidjanais à l’apparence irréprochable, disposant des gadgets derniers cris et, bien souvent, s’exprimant (avec plus ou moins d’aisance ) en utilisant un accent ressemblant à s’y méprendre à celui d’un habitant de Paris. Je parle, entres autres, de la section « live » d’Abidjan.net (et ses beautés mal fagotées et fardées) ainsi que de ses nombreuses copies.
Ces sites web qui semblent avoir en commun une volonté manifeste de ne rien apporter d’utile ou de positif à une jeunesse mal informée et à la recherche d’une reconnaissance, des repères et d’emplois . On peut affirmer sans exagérer que ces protos-site web, une fois fréquentés sur une base périodique (trop) régulière, font apparaître dans le cerveau de l’internaute un nuage toxique capable d’exterminer sans répit 99,9% des neurones présentes, tuant ainsi l’esprit critique, le goût de la lecture, le respect de soi même, les ambitions et ne laissant qu’assez de matière grise pour commander la moelle épinière lorsque que l’individu voudra se prendre en photo devant un miroir, commenter à coup de « lol », « ptdr » et « sai tri vrè »
Bref, vous l’aurez compris, la fréquentation de ce genre de sites web ne rend pas particulièrement intelligent. J’irais même jusqu’à dire qu’elle rend spectaculairement idiot. Certes l’expression est peu forte, mais comment qualifier autrement des jeunes gens en apparence raisonnables, bien éduqués, ne manquant de rien, qui se transforment en véritables bêtes de foire dans le but d’obtenir une notoriété passagère ou de « faire le buzz ».
Je fais  donc une oeuvre d’utilité publique que je me propose de faire aujourd’hui, en analysant le dernier objet de distraction massif du web ivoirien : choco.ci.  Je sais que cet article ne m’apportera pas que des amis … tant pis. Je dormirais mieux en sachant que j’ai réussi à réveiller un peu l’intelligence de certains internautes ivoiriens et à sauver des pauvres âmes du degré zéro du web, de cette glorification terrifiante du vide que se trouve être choco.ci.
De prime à bord, je l’affirme :  Ce site web est, à mon avis, un raté total, aussi bien du point de vue technique que moral. Je suis surpris qu’un portail de la qualité d’éducarrière (que j’ai vu grandir) se soit embarqué dans une aventure pareille… Je veux dire par là que l’équipe derrière ce site web  poussé l’effort de non réflexion à des degrés non atteints, comme en témoigne le logo.
Capture d écran 2013 05 08 à 12 02 24 PM
oui,ils ont osé.

A mon avis, il ne fait aucun doute qu’un beau matin, quelqu’un à Google appellera ces messieurs pour demander des comptes. Franchement, il existe à Abidjan, une multitude de graphistes talentueux et capables de créer un logo correspondant à un concept défini.
J’éviterais de m’appesantir sur le thème graphique de la plateforme, véritable torture des yeux pour l’internaute moyen.Idem pour le choix des polices. … et puis les goûts et couleurs ne se discutent pas. Qui sait, peut être qu’un but inavoué de cette plateforme est de se faire sponsoriser par MTN.
Capture d écran 2013 05 08 à 11 51 43 PM
Intéressons plutôt à ce qu’il y a sous le capot de la bête : je me souviens qu’un jour un proche m’avait affirmé péremptoirement que le site web de l’INS était « le seul site web ivoirien utilisant une architecture basée sur des tables » . Si tu me lis, cher ami, sache que je m’inscrit dorénavant en faux contre ton affirmation, avec preuve à l’appui.
Capture d écran 2013 05 08 à 12 05 23 PM

Mais le véritable talon d’Achille de Choco.ci est ceci.
Capture d écran 2013 05 08 à 12 00 42 PM
Disons que dans l’éventualité (très peu probable) où j’aurais des connaissances en piratage de sites web ( niveau script-kiddie-débutant-de-base) la vue de ces urls entraînerait chez moi la réaction suivante :



Mais je ne suis pas un pirate informatique.
En fait, je ne sais même pas ce que cette expression veut dire 🙂
Par contre, je touche un peu ma bille en positionnement dans les moteurs de recherche, ainsi qu’en conseil web, ce qui me permet d’affirmer ceci:
avec des url pareils, choco.ci est assuré de squatter les tréfonds les tréfonds des classements des résultats de recherche. Ce n’est pas tout de coder tout soi même, ce qui est louable, entendons nous bien, mais il faut aussi finir le travail.
Ou, pour ceux qui trouvent tout ceci trop compliqué, utiliser un cms. Après tout aussi bien edu225 (propulsé par oxwall) que Weenbuzz (lui par phpfox) le font. Mais les « experts des bords de la lagune ébrié  » me diront que les cms, c’est le mal absolu. De vous à moi, sur les bords de la lagune ébrié, plus un expert parle, moins il maîtrise son sujet. J’en tiens pour preuve cet « expert en sécurité » chaudement recommandé par une (ex) cliente, alors que les SERP de ses réalisations étaient perclus de liens vers des vendeurs de Viagra .

Pour conclure, sous ses airs de lynchage en règle, le but de ce billet n’est pas de lancer une polémique inutile sur la compétence des concepteurs de la plate-forme. L’idée ici est de faire appel à des rédacteurs web développeurs, confirmés ou tout fraîchement sortis du SdZ pour sauver choco.ci et le réorienter dans une dynamique plus utile.
Je sais que vous en êtes capable.