A Unix Mind In A Windows World .

Chroniques tech et pérégrinations digitales. Opinons incluses.

Post Page Advertisement [Top]

Bon nombre de codeurs web ayant recours à des versions piratées d’IDE et d’éditeurs de code source seraient surpris de voir qu’il existe des alternatives libres, gratuites et parfois tout aussi performantes que les logiciels payants. 

Je l’ai été moi même après avoir pris la résolution, en fin du week end dernier, de faire un grand plongeon dans le vide en remplaçant Sublime Text, Fireworks, Transmit et Dreamweaver par des outils libres gratuits . Deux raisons ont motivés ce changement d’approche :

  1. Economiser de l’argent – oui, c’est important ;
  2. Avoir bonne conscience et aller un peu plus loin sur le sentier de la droiture morale –  c’est tout aussi important .

Le but de ce billet est donc de présenter le fruit de mes recherches, ainsi de faire un retour honnête d’expérience sur la performance des outils de développement web présentés ci dessous.

 

de Sublime Text (& Livereload) à Brackets

hero

Avant de commencer, il faut préciser que les versions d’évaluation de Sublime Text et Livereload ne contraignent pas l’utilisateur à acheter la version complète du logiciel pour continuer à profiter des fonctionnalités . Dans le cas de Sublime Text, un “nag screen” et une mention dans la barre de titre du programme vous rappelleront de temps à autre que vous utilisez un shareware . LiveReload indiquera quant à lui, qu’il s’agit d’une version d’évaluation et  que vous pourrez “purchase full version when ready” .
Cela dit, ces deux logiciels ont apporté beaucoup à mon workflow d’intégrateur web et m’ont fait gagner de précieuses heures de développement . Il va donc sans dire que je compte bien acquérir des licences en bonne et due forme (70$ US , soit 35 000 FCFA pour Sublime Text, 0.99$ US , 500 FCFA pour LiveReload ) lorsque j’aurais réglé le bug de l'App Store – en gros, le bouzin se lance puis se ferme aussiôt - sur mon ordinateur.

Ce qui implique de … soupirs… télécharger et de réinstaller Mavericks . 

Alors que l’App store n’est plus accessible .

Autrement dit, je m’occuperais de la question lorsque je prendrais des congés et que j’aurais du temps et des nerfs à consacrer à la logique tarabiscotée d’Apple.

En attendant, j’ai téléchargé et installé Brackets  un éditeur de code dédié à html, css et js chaudement recommandé par les amis de Zoom Web Studio . Brackets est développé par Adobe et sous licence MIT ( autrement dit sous licence libre et non propriétaire ). Après test, il est :

  • il.est.lent.au.démarrage (preuve en images);
  • ne propose pas d’affichage de code sur 2 colonnes;
  • certains de ses thèmes n’ont pas de coloration syntaxique pour le php;
  • le code folding est à installer, via la bibliothèque d’extensions;

Par contre, il a une très bonne gestion des fichiers liés, une bibliothèque d’extensions bien fournie (comprenant l’inévitable générateur de Lorem ipsum, ainsi qu’Emmet ), des raccourcis clavier bien pensés et permettent de passer de l’affichage sur 2 colonnes .

Qui plus est, Brackets intègre une fonctionnalité “Live Style” qui, comme LiveReload, permet de visionner les changements apportés dans les feuilles de styles d’une page web sans avoir à actualiser la page dans un navigateur. Cela dit, LiveStyle ne fonctionne qu’avec des pages html ( et non php) et n’est compatible qu’avec des navigateurs webkit .

Etant donné que, pour l’instant, je ne jure que par Firefox et Firebug,  je continuerais à utiliser LiveReload en conjonction avec Brackets.

de Dreamweaver à Aptana Studio 3

studio3

Basé sur Eclipse, Aptana est, à mon avis, l’un des meilleurs candidats au poste de remplaçant open source (et gratuit) de Dreamweaver . Il est disponible pour l’ensemble des systèmes d’exploitation majeurs, et propose des fonctionnalités intéressantes telles la complétion automatique du code, la vérification de la syntaxe, la gestion du ftp et de github mais surtout Drupal for Aptana

Seul absent au rendez vous, le mode “design view / WYSIWYG”. Mais, en toute honnêteté, il ne manquera pas vraiment, étant donné je ne l’ai pas utilisé au cours de 5 dernières années passées . Toutefois, si vous êtes de ceux qui raffolent de ce genre d’outils, vous pouvez aller voir du côté de BlueFish .

En d’autres termes, si vous n’avez pas les moyens d’acheter une licence de Dreamweaver CC, je vous recommande vivement de télécharger et d’installer Aptana. Personnellement, j’ai été tellement impressionné après l’avoir utilisé que j’ai désinstallé Dreamweaver.

de Fireworks (ou Photoshop) à Gimp 2

image

PETITE PARENTHESE : utiliser Photoshop pour faire du web design, c’est un peu comme essayer de tuer une mouche avec un bazooka. Certes, Photoshop permet de concevoir des maquettes web et il va sans dire que bon nombre de tutoriaux sur le web design sont basés sur Photoshop. Mais ce logiciel est, par définition, un logiciel de retouche d’images numériques. 

Fireworks est, à mon avis, plus adapté à la conception d’interfaces web, bien plus léger et propose un système de couches qui permet de mieux gérer l’arborescence des pages de votre site web. Sans compter les nombreuses extensions qui permettent de rajouter des contrôles de formulaire ou des icônes en toute simplicité dans la maquette de votre site web.

Cela dit, aussi bien Photoshop que Fireworks ne sont ni gratuits, ni open source.

Contrairement à The Gimp .

Et pour l’instant, ce sont là les 2 seuls avantages que je peux lui trouver.

Pour être honnête, j’avance vraiment en terrain inconnu en ce qui concerne ce logiciel : j’ai appris sur Photoshop, l’interface de Gimp m’a toujours rebuté et jusqu’à récemment il ne fonctionnait sur qu’avec un système de fenêtre … antédiluvien, pour rester poli . Mais depuis l’arrivée de la version 2.8, une version native est disponible et mon expérience m’a montré que changer de paradigme peut être profitable sur le moyen terme : il y a 3 ans de cela, je ne jurais que par Joomla! et ses extensions. Aujourd’hui j’utilise drupal, php ou les deux en même temps et je peut concevoir n’importe quel type de site web. Et même si  je dois avouer que je ne fais plus beaucoup de design dans un éditeur graphique - le flat design et l’école du design suisse aidant, je passe du directement du mockup sur le papier au code et à la typographie – je vais tester the Gimp.

Conclusion

Je dois avouer que j’ai vraiment été surpris de trouver des alternatives gratuites, libres et aussi puissantes que les outils de développement que j’utilisais jusqu’à présent.  Je vaisdonc  essayer ces logiciels dans mes activités pendant 3 mois, puis je tenterais de faire un retour d’expérience le plus honnête possible sur mon passage au libre.

2 commentaires:

Bunolagus Noiro a dit…

Merci pour le partage je connaissait pas Brackets, il y a aussi Lime, conçu par Fredrik Ehnbom aka quarnster, il est en actuellement en Beta mais il promet de faire très mal, garde un oeil dessus, pour te faciliter la transition tu peux aussi essayer Gimpshop, c'est une sorte d'hybride entre Gimp et Photoshop, il m'a bien aidé pour ma transition vers le tout libre son lien ici : http://www.gimpshop.com/

Jean-Luc Houedanou a dit…

Merci pour GimpShop, du fond du coeur. Devoir apprendre les raccourcis - parfois tirés par les cheveux de Gimp me faisait perdre énormement de temps.
Lime a l'air prometteur . Mais la perspective de devoir recommencer le processus de build à chaque fois qu'un commit est fait me freine un peu. J'attendrais une version plus user friendly .

Bottom Ad [Post Page]

| Designed by Colorlib | (Heavily) Modified by Jean Luc Houedanou