A Unix Mind In A Windows World .

Chroniques tech et pérégrinations digitales. Opinons incluses.

Post Page Advertisement [Top]

Ci dessous mes réactions à chaud, une fois informé de l’arrivée de quelques grandes enseignes en Terre d’Eburnie. 

  • Carrefour : bof, de toute façon je fais mes courses à Socofrais et à CDCI . 
  • FNAC : Au diable la file d’attente à la caisse, les gens, leurs germes et microbes…j’achète mes bouquins sur Amazon, qui les envoie sur ma tablette, mon téléphone et mon ordinateur.
  • Burger King : mouais, j’y ai été lorsque j’étais à l’étranger, et ça n’a pas été une expérience transcendante. C’est juste un fast food.
  • Netflix : … 
     

Ce serait un doux euphémisme de dire qu’il y a longtemps que j’attends l’arrivée de Netflix en Côte d’Ivoire . En effet, il ne s’est passé une semaine, depuis le lancement de cette plateforme, sans que j’entende vanter les mérites de cette dernière sur les réseaux sociaux .

Qui plus est, il me tardait de trouver une alternative un peu plus légale et moralement acceptable en ce qui concerne mes choix en matière de streaming de films et séries :

  • un greffon pour streamer des torrents depuis XBMC/Kodi (dont je tairais , volontairement, le nom);
  • Popcorn Time;
  • Stremio;
  • Ainsi que les vidéos de films complets uploadées sous un faux nom sur Youtube et Dailymotion;

Ci dessous mon retour d’expérience, destiné à ceux et celles qui en ont entendu parler, et qui se demandent ce que vaut réellement ce service en ligne .

Qu’est ce que Netflix ?

Un service de vidéo à la demande, accessible depuis fin janvier 2016 en Côte d’Ivoire, par le biais d’un navigateur Internet.

On paie un abonnement mensuel situé en 4500 et 10 000 FCFA (ouest africains) et on obtient un accès illimité - veuillez toutefois à ne prendre le terme « illimité » au pied de la lettre, comme nous le verrons plus tard dans ce billet - au catalogue Netflix, où on retrouve des films de grands studios, des films indépendants, des séries, des documentaires ainsi que des dessins animés.


The Good

  • Comme précisé dans le paragraphe précédent, Netflix propose des contenus à un prix défiant toute concurrence. Pour ramener les choses dans un contexte ivoiro-ivoirien, c’est l’équivalent du coût de 9 DVDs pirates - une autre option pour regarder des films que j’ai oublié de mentionner en début d’article - avec la qualité d’image en plus ;
  • Netflix fonctionne sans aucun problème sur une connection 512K, très bien sur du 1Mo et à merveille sur le Wimax de MTN  ;
  • Un mois gratuit est offert lors de l’inscription, afin de vous permettre de savoir si Netflix vous convient;
  • On y trouve quelques bons films, tels Argo, Beasts of No Nation - que je vous recommande vivement - ainsi que de très bonnes séries, telles Daredevil ou Blacklist;
  • La plupart des contenus sont disponibles en français (VF ou sous titres)


The Bad

  • On a vite fait le tour du catalogue, surtout si, comme moi, on avait l’habitude du téléchargement et du streaming illégal;
  • Pour regarder Netflix sur votre télévision, il vous faudra investir dans un terminal connecté - console de jeu vidéo de dernière génération, android tv box , Smart TV ou PC reconverti en Media Center (mon choix);
  • L’offre de Netflix à l’international est plus axée sur la quantité que la qualité (exemple : Jessica Jones, Ridiculous 6, El Patron del Mal, ainsi que beaucoup de documentaires sans réel intérêt);
  • Avis personnel : le système de recommandations des contenus est d’une utilité discutable, ce dernier tendant à me recommander des contenus originaux Netflix en lieu et place de recommandations pertinentes . Par exemple, à la fin de la saison 1 de Marco Polo, Netflix m’a recommandé « Ridiculous 6 » (qui est, soit dit en passant, un très mauvais film.), tandis que quelque part dans Netflix se trouvait une recommandation un peu plus pertinente :  « One Hundred Eyes », un spin off présentant l’histoire d’un maître de Kung Fu fait prisonnier et rendu aveugle par Kubilay Khan;

The Ugly

Alors…la première question que vous allez vous poser après avoir ouvert un compte Netflix est  « où est House of Cards ? »

La seconde «  quid de Orange Is The New Black ? »

La 3e, 4e et 5e «  The Flash ? » , «  Agents of Shields ?  » , «  Breaking Bad ? » .

Et bien , il se trouve que les droits de diffusion de plusieurs de ces séries appartiennent, en ce qui concerne la Côte d’Ivoire, à des grands groupes télévisuels présents sur les bouquets satellitaires.

Ajoutez à cela le fait que plusieurs lois sur les droits d’auteurs et la propriété intellectuelle empêchent la diffusion de certains films par le biais de Netflix en Côte d’Ivoire, et vous comprendrez vite le problème : A l’heure où j’écris ces lignes, à prix égal, l’offre internationale de Netflix en Côte d’Ivoire est bien moins fournie que celle du pays de l’Oncle Sam.

Tout ce qui fait l’intérêt de Neflix ne se trouve pas sur le volet ivoirien de l’offre. Pire, c’est quasiment le vide absolu en ce qui concerne les films récents de grands studios, les films indépendants ou encore les classiques du cinéma . J’espérais pouvoir enfin regarder Her, Birdman , Requiem For A Dream ou Fruitvale Station légalement et j’ai dû me contenter des volumes 1 et 2 de Kill Bill ainsi que des 2 séries sur la vie de Pablo Escobar .

Il vous faudra donc passer par des solutions alternatioves, telles Smartflix - un client de bureau (mac/windows/gratuit durant la phase bêta, 7.99 $ une fois celle ci achevée ) qui permet d’accéder à l’ensemble du catalogue de Netflix, ou un VPN (ps : n’utilisez ni Hola!, à cause de sa mauvaise réputation, ni TOR, parce que la bande de ce réseau n’est pas destinée à du streaming) 

 

tl;dr ( Conclusion )

En dépit de limites arbitraires, mais qui peuvent être facilement contournées, Netflix est, pour l’instant, en Côte d’Ivoire, le meilleur choix pour ceux et celles qui sont à la recherche d’une plateforme de vidéo à la demande avec un coût mensuel raisonnable .

Cliquez ici pour vous y inscrire et profiter d’un mois gratuit.

Aucun commentaire:

Bottom Ad [Post Page]

| Designed by Colorlib | (Heavily) Modified by Jean Luc Houedanou