A Unix Mind In A Windows World .

Chroniques tech et pérégrinations digitales. Opinons incluses.

Post Page Advertisement [Top]


Si vous faites partie de ceux et celles qui ont vu apparaître sur leur fil d’actualité Facebook des encadrés publicitaires vantant les mérites de montres intelligentes coûtant 1/3 de ce qui du coût facturé par Apple ou Samsung, ce qui suit vous intéressera sûrement.



Il s’agit de mon retour d’expérience, 2 semaines après avoir en acheté une.
  • En ce qui concerne la qualité de conception, soyons francs : c’est une montre bas de gamme, qui coûte 3 fois moins cher qu’une Apple Watch ou une smartwatch Motorola . Il ne faut pas s’attendre à des miracles en ce qui concerne cet aspect.
    Ceci étant dit…à ma grande surprise, le modèle en ma possession (SmartWatch U8) est plutôt robuste. Je l’ai fait tomber plus d’une fois  et contrairement à ce que je craignais, l’écran ne s’est si fissuré, ni détaché . Mieux, ma nièce de 3 ans - future employée chez ifixIt -  l’a eu entre ses mains pendant 15 minutes (Tonton faisant la sieste) et n’a pas réussi à la mettre en pièce.
    Pour résumer, c’est un jouet plutôt solide . La seule ombre au tableau se trouve du côté du bracelet qui est conçu dans une matière qui ne laisse pas la peau respirer;
     
  • Quant aux notifications - soit la caractéristique qui donne sa valeur ajoutée à la montre - la fiabilité de la montre sur ce point dépend de 2 facteurs : 
    • l’application mobile que vous utilisez pour lier votre téléphone Android et la montre, 
    • ainsi que de la version d’Android que votre téléphone utilise .

      Il se trouve l’app suggérée par le QR Code présent dans le menu de la montre est incompatible avec les versions d’Android supérieures à 5.1 . Il faudra donc, si vous êtes dans ce cas de figure, installer l’app SmartWear , qui a un support quasi universel des montres connectées chinoises (https://play.google.com/store/apps/details?id=com.galapad.btnotification ).
      Aussi, la montre vibre à chaque notification et ce, de façon pas très discrète. Et puis qu’on parle de discrétion, les sonneries de la montre ne font pas dans ce registre : ceux qui ont l’habitude des téléphones dit « chinetok » , reconnaitrons deux ou trois sonneries;
      Il est impossible de régler l’intensité du vibreur ou d’ajouter des sonneries, à moins de passer par un flashage de firmware.
       
  • La résolution et la clarté de l’écran … comment dire… vous obtenez ce pour quoi vous payez . Ici, on est à milles lieues des 16 millions de couleurs , comme les images ci dessous le montrent : 
IMG 20160312 011610IMG 20160312 011515IMG 20160312 011547
  • Peut y installer des apps android / android wear? que nenni, la montre utilisant son propre système d’exploitation et proposant des apps comme un podomètre, un calendrier, un gestionnaire de contacts, un thermomètre/baromètre etc.
     
  • Quid de l’autonomie ?  Comptez un jour si vous recevez des notifications de temps à autre et 1/2 journée pour ceux qui comme moi recoivent des notifications tous les 1/2 heure - i.e les abonnés à instagram, Facebook etc.
    Personnellement, j’arrive à tenir deux jours , étant donné que j’ai configuré SmartWear (l’app évoquée en début) pour ne transférer que les notifications de Wunderlist, Dropbox, Hangouts, Skype, Viber/Whatsapp et Google Inbox vers la montre;
     
  • Peut on téléphoner avec ? en théorie oui, la montre faisant office de kit mains libres bluetooth. En pratique, la qualité des hauts parleurs ne permet d’avoir des conversations téléphoniques d’une clarté exemplaire lorsque vous êtes dans des lieux bruyants .
     
  • Est ce que c’est utile ? A mon avis, seulement dans certaines situations. Par exemple, si vous êtes en entretien professionnel et/ou que vous ne souhaitez passer pour un de ces rustres qui sont incapables d’avoir une conversation sans décoller le nez de leur potable , vous trouverez votre bonheur à moindre coût avec cette SmartWatch.
Jean Luc Houedanou

Aucun commentaire:

Bottom Ad [Post Page]

| Designed by Colorlib | (Heavily) Modified by Jean Luc Houedanou