J’ai un nouveau téléphone.

Ce n’est pas nécessairement que j’en avais envie, mais plus parce qu’une opportunité s’est présentée à moi en début de semaine : un échange ou “troc” de 30 000 FCFA contre  un xiaomi redmi 5 plus pour obtenir un Tecno Camon 11 flambant neuf.

Petite parenthèse :

après plusieurs mois d’expérience – certains diraient de souffrance  je suis en mesure d’affirmer que je n’achèterais plus jamais un téléphone xiaomi . C’est la première fois dans ma vie que j’utilise un téléphone dont l’écouteur et la sortie audio arrêtent de fonctionner après deux mois d’utilisation .
Selon toute vraisembance, Xiaomi utilise des composants matériels d’une qualité moyenne (voire mauvaise) afin de conserver une politique de prix agressif. Ajoutez à cela une politique de mise à jour incompréhensible, le coût prohibitif des pièces de rechange, un appareil photo volontairement bridé par Xiaomi ( il faut le rooter et activer l’api camera2 pour en profiter à fond . Et pour le root, il faut demander la permission de Xiaomi) et dont la qualité des clichés se dégrade au fur et à mesure que les mois passent, un écosystème fermé (un comble pour Android)  mais surtout un service après vente  moyen, et vous aurez vite compris mon avis tranché sur la question.

Donc moi et xiaomi, plus jamais. Du moins en ce qui concerne les téléphones : je suis, pour l’instant, pleinement satisfait par mon mi band 3.

Mais assez parlé de Xiaomi, parlons de Tecno .

Mon téléphone avant l’expérience Redmi était un Tecno W5 , qui me donnait satisfaction à plus d’un égard.  C’est donc avec plus ou moins de confiance que j’ai acquis ce nouveau téléphone.

Ci dessous mon avis objectif sur le sujet.

The Good

  • Le téléphone est, à priori, solide .
  • L’intelligence artificielle de l’appareil photo permet d’ajuster l’ouverture du diagphrame ainsi que l’ISO et le focus en fonction de la scène.
    En français, ça permet d’avoir le réglage optimal pour une scène donnée, et ce même la nuit. Et pour l’avoir essayé, ça marche plutôt bien. 
  • Pour ceux et celles que ça intéresse, il est beau.
  • Rien à dire au niveau de la qualité d’appel, qui est plutôt bonne.
  • Le téléphone est fourni avec une garantie de 12 mois et un service après vente existe. Les prix des pièces de rechange sont raisonnables – 22 000 XOF pour un changement d’écran par exemple.
  • Le téléphone est fourni avec une coque de protection à 360°  dont la texture imite la fibre de carbone ainsi que des écouteurs de bonne qualité.
  • L’appareil photo est très bon, voire excellent lorsqu’il fait jour. Il se débrouille bien mieux que mon ancien redmi 5 plus en intérieur (NB : les images ci dessous sont compressées).
Camon 11, Mode Bokeh.
Camon 11

Redmi 5 plus



The Bad

  • Ne vous fiez pas aux visuels promotionnels du Camon 11 : les bordures de l’écran sont bien plus épaisses que celles présentées dans les publicités.
  • La résolution de l’écran pique les yeux. Passer de l’écran Full HD+/408ppi du Redmi 5 plus à cet écran en 720p/298ppi fait un choc, surtout lorsqu’on a pris l’habitude d’une certaine clarté et définition d’écran. Ce n’est clairement pas le téléphone à avoir si vous passez beaucoup de temps sur NetFlix.
    Et c’est pire lorsqu’on rajoute une protection d’écran « 3D » .
  • Les photos de nuit sont moyennes. Il faudra prévoir d’investir dans une application telle Camera FV-5 pour avoir des résultats acceptables.

The Ugly

  • Chers gens de Tecno, Infinix, et plus généralement, chers fabricants de téléphone… l’encoche n’est pas une fonctionnalitéArrêtez de copier bêtement Apple s’il vous plait.
    Plus sérieusement, cette encoche est d’une laideur sans nom et se paie le luxe de géner l’affichage de certaines applications: whatsApp
  • Si j’étais mauvaise langue, je dirais que ce téléphone est une mauvaise copie du Huawei P20.
  • La navigation par geste version Tecno est contre intuitive.

Conclusion

Il s’agit d’un très bon rapport qualité prix, qui devrait plaire à ceux qui sont à la recherche d’une téléphone capable de faire de belles photos et qui ne sont pas regardant sur la qualité de l’écran.

Jean Luc Houedanou