Il devenait, à mon avis, important pour Google de se (re)positionner sur le segment des réseaux sociaux . En effet, avec plus de 600 millions d’utilisateurs, le réseau social bleu constituait de plus en plus une menace sérieuse pour les services de publicité de Google. Après donc Orkut et Buzz, Google s’essaie à nouveau à l’exercice du réseau social. Le fruit de ces expériences est le projet ‘Google+’. 

La fonctionnalité de ‘Google+’ sur laquelle Google communique le plus se nomme ‘circles’. Il s’agit un système de sphères sociales non communicantes permettant de filtrer les informations (photos, posts et autres) en fonction des destinataires : Par exemple, votre avis sur le dernier disque de Beyoncé ira dans la sphère ‘Connaissance’ et nulle part ailleurs, tandis que vos états d’âmes du moment iront eux dans la sphère ‘Amis’. Quant  à vos messages très personnels (tout en notant que vous ne soyez pas gêné que des messages personnels se retrouvent sur un espace public) , ils iront dans la sphère ‘privé’. On est là à milles lieux du méli mélo que peut être le mur de Facebook. 

Il reste maintenant à voir quelle stratégie Google mettra en place pour récupérer les utilisateurs de Facebook. Pour ma part, l’aspect ‘confidentialité’ de Facebook (avant les gaffes à répétition de Facebook sur la vie privé) m’avait convaincu que Myspace et hi5 n’étaient plus pour moi. Et j’avoue que pour l’instant, j’ai du mal à avoir pour quelle raison je pourrais utiliser Google+ au lieu de Facebook .

On peut certes présenter ce réseau social comme une alternative plus respectueuse de la vie privée que Facebook. Ou comme la nouvelle évolution du web social. Mais le fait est que cette façon de procéder n’a pas réussi à Google jusqu’à présent :  

  • Google Wave avait été présenté à l’époque comme ‘l’email/webmail-killer’ (rien que ça), mais s’était avéré en pratique bien peu pratique à utiliser. 
  • Google Buzz a été présenté comme la révolution du partage d’informations, mais n’avait pas su se démarquer d’une trop grande ressemblance avec Twitter. 
  • Android a été présenté pour l’alternative à iOs , mais faute d’un téléphone iconique pouvant rivaliser avec l’iphone, cet Os est relegué au rang d’éternel second.

Par opposition, Chrome a damé le pion aux autres navigateurs alternatifs à cause de sa simplicité d’utilisation, mais surtout à cause de sa rapidité et de sa faible consommation en ressources systèmes. En d’autres termes, le cahier des charges était respecté aux delà des attentes. Bref, mettre en avant les aspects  ’cloisonnement des sphères sociales’, ‘respect de la vie privée’ ne suffira pas à mon avis, à faire de Google + un géant : Diaspora a essayé et on connaît tous le résultat .

Il faudra mettre l’emphase sur les fonctionnalités communes à Google+ et Facebook et montrer comment Google+ permet de

  • partager des photos, 
  • de retrouver des connaissances, 
  • d’avoir un espace d’expression libre sur la toile 

mieux que Facebook, tout en apportant un petit ‘plus’ : je pense ici à une intégration intensive des services de Google, tels Google Agenda, Google Sites, etc. 

Bref, les mois à venir nous diront si Google a pensé à ajouter un plus à ce qui se fait déjà en matière de web social.

Jean Luc Houédanou

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *